Retour page d'accueil

Bienvenue à Auradé

L'histoire d'Auradé

 

Accueil > Découvrir > Histoire d'Auradé

 

 

Plusieurs seigneuries ou paroisses sont à l’origine de la commune actuelle. Parmi les seigneurs, le premier nom cité est Arnauld Arsive de Oratorio (1154), puis l’orthographe évolue et c’est Bonhomme d’Orader (1162) suivi de Bosom d’Orader (1168) ; enfin Vital d’Auradé (1172) est le premier portant le nom actuel. La charte de coutumes a été accordée en 1245 par les co-seigneurs d’Auradé soit 4 membres de la famille de Blanquefort et la famille de Seysses-Tolosane.

Le château d’Auradé
La commune a un relief assez tourmenté. La partie centrale, lieu d’implantation de l’ancien château, voisine les 180 mètres d’altitude. Le château était derrière l’église sur le plateau (5 ouvertures sur 2 niveaux), encadré par deux tours et des fossés. En 1355, le Prince Noir débarque à Bordeaux. Le 21 novembre, les Anglais vont de Carbonne à Gimont et ravagent Auradé, le château a été brûlé au passage. En 1791 ce château était assez délabré ; il a été vendu en 1815 sur adjudication. Il a été démoli par son nouveau propriétaire qui a vendu les dépendances.

La chapelle du château
Elle est devenue l’église paroissiale. L’église jugée trop petite en 1785, fut agrandie par adjonction de deux chapelles formant ainsi la croix latine. L’intérieur de l’Eglise a été entièrement remis à neuf à la fin des années 1980, dans de très bonnes conditions et l’ensemble est particulièrement propre et agréable à voir. Le clocher comporte 5 cloches : 3 ont été fondues en 1838 et 2 en 1902. L’une de ces deux dernières est une refonte d’une cloche félée, fondue en 1554, elle porte l’inscription : « Je convoque les fidèles à l’église – Je chasse les Démons – Je dissipe les orages »



 

 

L’hospice
A 200 mètres au nord-ouest de l’église, à gauche de la D257 en allant vers Marestaing à l’intersection avec le chemin conduisant à Turtet, se trouvait un hospice pour accueillir les pèlerins. Tout ce qui en reste est « un tronçon de pierre taillée ». Qui se trouve dans l’église et « sert de marche pour pénétrer dans le réduit où est placé le corbillard ». Il y avait une inscription portant le nom du fondateur, mais sans indication de date : « + CEST HOSPITAL A ESTE BASTI PAR JEAN RUI D’AURADE ORDONE PAR ANTON SO(N) PERE, DECEDE LE 23 MAI… » (En fin de 1ère ligne, la pierre est coupée au ras du trait vertical, la lettre peut être donc un I ou un L ou autre…) Il se trouvait à 50 mètres au nord de l’oratoire, dédié à Notre Dame de Pitié, lui-même placé au Nord de la croix du village. Cet oratoire, présent en 1600 a été démoli au mois de Messidor, an IX. L’abri des pèlerins avait déjà disparu. Une croix en fonte en marque l’emplacement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Service proposé par Circum - Powered by MagicSite